Le mouton empoisonné du prophète Mohammed

Il y a 14 siècles Mohammed fut empoisonné en mangeant un mouton préparé par une juive. Sa mort, peu connue, nous révèle beaucoup de choses sur le prophète de l’Islam.
Ô Messager, transmets ce qui t’as été descendu de la part de ton Seigneur. Si tu ne le faisais pas, alors tu n’aurais pas communiqué Son Message. Et Dieu te rendra invulnérable contre les attaques des hommes." [Sourate Al Mâ’ida, La Table Servie, 5/67]
De quoi est mort le "prophète" ? Empoisonné ! Ce verset prouve une chose : Le Coran ne vient pas de Dieu parce que "Dieu" s'est trompé en disant que Mohammed serait invulnérable.

Le mobile du crime

Le Coran nous informe comment Allah lui-même aurait tué Mohammed et quelle aurait été sa méthode pour le détruire si il était un faux prophète.
«[le Coran] est la parole d'un noble Messager,.. si [Mohammed] avait forgé quelque parole qu’il Nous avait attribuée, .. Nous lui aurions tranché l’aorte. Et nul d'entre vous n'aurait pu lui servir de rempart.» (Coran Sourate 69:40-47)
Selon les Sahih al-Bukhari, Sahih Muslim et d’autres textes, Mahomet a été tué par une femme juive:
«une Juive offrit un mouton empoisonné au Prophète, et celui-ci consomma (de sa chair). On conduisit cette Juive devant le Prophète et on lui demanda s’il fallait la mettre à mort. « Non, répondit le Prophète. Anas ajoute: - J’ai depuis toujours détecté cet empoisonnement sur la luette de l’Envoyé de Dieu. » (Sahih al-Bukhari 2617)
«Une Juive vint vers le Messager d’Allah avec un mouton empoisonné et il prit de ce qui lui avait été apporté. Quand les effets du poison se firent ressentir, il l’appela et lui demanda de quoi il s’agissait. Elle lui dit alors : J’ai décidé de te tuer. Alors il lui répondit: Allah ne te donnera jamais le pouvoir de le faire » (Sahih Muslim 5430)
Mahomet répondit donc à cette femme qu’Allah ne permettrait jamais qu’elle le tuât... pourtant le poison a bien eu raison de lui.

Pourquoi voulait-elle le tuer? Ibn Sa’d nous en donne la réponse:

«L’Apôtre d’Allah fit venir Zainab Bint al-Harith et lui dit: Qu’est-ce qui t’a conduit à faire ce que tu as fait? Elle répondit: Tu as fait à mon peuple ce que tu as fait. Tu as tué mon père, mon oncle et mon mari, alors je me suis dit: Si tu es un prophète, le morceau de viande va t’informer; et d’autres ont dit: Si tu es un roi, nous nous débarrasserons de toi. » ( Ibn Sa’d p. 252)
Elle a tué Mahomet parce qu’il avait égorgé sa famille.

Il parla ensuite de la souffrance dont il mourut plus tard

Je continuais de ressentir cette douleur venant du morceau que j’avais mangé à Khaibar. Ce fut le temps ou cela coupa mon aorte. (Sunan Abu Dawud 4498)
Le Coran ne nous disait-il pas que ceux qui inventent des versets auraient l’aorte coupée?

(Ibn Sa’d, pp. 252-253). L’Apôtre d’Allah pris la cuisse, un morceau qu’il mit dans sa bouche. Bishr... pris un autre os qu’il mit dans sa bouche. Quand l’Apôtre d’Allah en mangea un morceau, Bishr mangea le sien et d’autres gens en mangèrent. Ensuite l’Apôtre d’Allah dit : N’y touchez pas ! Car cette cuisse m’a informé qu’elle est empoisonnée.
Alors Bishr dit : 'Par celui qui t’a élevé ! Je l’ai découvert par le morceau que j’ai mangé. Rien ne m’empêchait de le recracher, sauf la pensée que je ne voulais pas te dégoûter de ta nourriture. Après que tu aies mangé ce qui était dans ta bouche, je n’ai pas voulu sauver ma vie après la tienne, et je pensais que tu n’en aurais pas mangé s’il y avait quelque chose de mauvais'. Bishr ne se leva pas de son siège, mais sa couleur changea en celle d’un Taylsan (un habit vert).
Notons que ce passage nous dit que Bishr - le compagnon de Mohammed - est mort en mangeant du poison. Avant de mourir, il affirma avoir senti le poison immédiatement, mais en avoir mangé parce-que le "prophète" en avait aussi mangé. Bishr, l’apôtre de Mohammed est mort parce-qu’il avait confiance en Mohammed.

La fin de Mohamed

Les souffrances de Mohammed durèrent plus longtemps. A la fin Mohammed ne pouvait même plus marcher seul, ses disciples durent le porter. Sunan Abu Dawud les décrit en détail:
Umm (la mère de Bishr) dit au Prophète durant la maladie dont il mourut: Que penses-tu de ta maladie, Apôtre d’Allah ? Je ne pense pas à la maladie de mon fils, sans penser au mouton empoisonné, qu’il a mangé avec toi à Khaibar. Le Prophète répondit : Et moi je ne pense pas à ma maladie sans penser à ceci: Ce fut le temps ou mon aorte fut coupée. (Sunan Abu Dawud 4449)
Lors de la maladie dont il mourut, le messager de Dieu dit à la mère de Bishr qui lui rendait visite, ’A ce moment j’ai senti mon aorte être coupée à cause de la nourriture que je mangeais avec ton fils à Khaybar.» (At-Tabari. p 124)
Aisha dit : «Je n’ai jamais vu quelqu’un souffrir plus de douleur que le messager d’Allah» (Sunan Ibn Majah 1622)
Le Coran affirme qu’Allah devrait couper l’aorte de Mohammed si celui s’avérait être un faux prophète et c’est Mohammed lui-même qui témoigne plusieurs fois qu’il a eu l’aorte coupée. Ce témoignage n’est-il pas suffisant pour établir que Mohammed n’est pas un vrai messager de Dieu et tirer les conséquences quant à la religion qu’il a mise en place?

Écoutons maintenant un des plus grands commentateurs du Coran, sur la sourate 69:44-46

Tafsir Jalalayn. « Et si lui, c’est-à-dire le Prophète, avait fabriqué des mensonges contre Nous, en communiquant de Nous ce que nous ne lui avons pas dit, Nous l’aurions très certainement saisi, Nous aurions exercé vengeance [contre lui], comme punition, par la main droite, par [Notre] puissance, alors Nous lui aurions très certainement coupé son artère de vie, l’aorte du cœur, une veine qui le rejoint, et qui conduit à la mort de la personne, si elle est coupée.
Si Mohammed a été un faux messager, nous savons maintenant la manière dont Allah devait le mettre à mort. Si nous regardons le Coran de plus près, nous avons en fait, 10 bonnes raisons pour ne pas accepter le témoignage de Mohammed:
1) Analyse des arguments de Mohammed:
Ceux qui font des prédictions funèbres sur eux-mêmes qui ne doivent pas se réaliser sont par définition de faux prophètes. Exemple: Si je suis un faux prophète, que Dieu me frappe d’un éclair! Le fait qu’aucun éclair ne les frappe, n’est pas la démonstration qu’ils sont de vrais prophètes car Dieu ne donne pas toujours une punition immédiate à ceux qui mentent ou blasphèment.
2) L’homme pris au mot:
Même si l’argument précédent est généralement suffisant pour détecter les faux prophètes et les faussaires de la foi, Dieu a rendu les choses plus claires et plus simples pour nous. Dieu peut ignorer ce genre de prédictions, mais dans certains cas, Dieu peut humilier et disgracier de bout en bout ces faux prophètes. Et si nous devions chercher un faux prophète par excellence au travers de l’histoire du monde, Mahomet serait alors le meilleur candidat pour le jugement divin. La sourate 69 a été récitée de très nombreuses fois pendant la vie de Mohammed. Il y a 1000 manières de mourir mais ce ne saurait être un pur hasard que Mohammed soit mort exactement de la manière dont le Coran avait fixé la mort des faux prophètes? ... Ceci apparaît clairement comme un jugement divin.
3) Le manque de bon sens:
Observons le cours des événements. Mohammed et ses disciples ont attaqué Khaibar. Après que les musulmans aient tué des hommes, et violé des femmes, pratiques tout à fait courantes à l’époque, une juive vint au devant de lui. Les musulmans avaient abattu sa famille, et elle propose à Mohammed de cuisiner un dîner pour lui et ses compagnons. Mohammed accepte son offre - [bien sûr j’aime l’agneau, c’est trop aimable de votre part de nous cuisiner un petit repas après que nous ayons égorgé ton père et ton mari.] Mohammed n’a pas eu suffisamment de présence d’esprit pour comprendre qu’il aurait mieux fallu ne pas manger de cet agneau. Comment pourrions-nous après cela encore lui faire confiance? Un vrai prophète peut-il à ce point manquer de sobre bon sens?
4) Le test échoué:
De plus, bien qu’ayant perdu sa famille, cette femme met à l’épreuve le "prophète" en lui donnant le poison comme un test: S’il était un vrai prophète il devait survivre, et sinon... mourir. Mohammed a échoué au test de Zainab.
5) La confiance qui tue:
Le compagnon de Mohammed, Bishl, put sentir le goût du poison, dès qu’il eut goûté l’agneau. Pourquoi continua-t-il à en manger? ... Parce qu’il faisait confiance à Mohammed. En aucun cas cet agneau ne peut être empoisonné puisque Mohammed en prend - il est le Prophète! La foi de Bishl l’a mené à la mort. Cet événement caractérise le sort de ceux qui suivent des aveugles. Et il convient de bien réfléchir avant de donner notre confiance en un homme qui se dit prophète.
6) Mohammed se trompe sur Allah:
Quand Zainab eut dit à Mohammed qu’elle l’avait empoisonné, Il répondit Allah ne le permettrait jamais.... Mais Allah l’a permis! Si Mohammed s’est trompé sur ce qu’Allah a fait, pourrais-je lui faire confiance quand il dit d’autres choses sur Allah?
7) Une «révélation» extravagante:
Mohammed dit que le morceau de viande lui a parlé et a dit être empoisonné. Il aurait donc eu une révélation «spéciale» parce qu’il serait un prophète! Deux questions se posent:
  1. pourquoi le mouton ne lui a-t-il pas dit 5 minutes avant, cela lui aurait sauvé la vie ainsi que celle de son compagnon Bishr?
  2. à quoi sert cette révélation puisque qu’ils avaient déjà mangé le poison et qu'il va lui-même en mourir à petit feu??
N’est-ce pas plutôt Mohammed qui fabrique ici une soi-disant «révélation»? Mais plutôt que de dire qu’il avait goûté le poison, tout comme Bishr, Mohammed préfère dire: Il m’a parlé, je suis un prophète! Révélation ou «fabrication de révélation» sur mesure?
8) Justice est faite:
La justice faite ici est-elle une coïncidence? Mohammed a à plusieurs reprises fait des déclarations contre les juifs et les femmes (dépourvues de raison et de religion, principales occupantes de l'enfer, battues...) ; Mohammed est mort, humilié, dans d'horribles souffrances après avoir été trompé par une femme... juive! Il n'y a pas eu seulement la coupure de l’aorte, (ce qui d'après le Coran l’identifie à un faux prophète), mais Dieu a permis que cette mort soit apportée par la main d’une femme juive, dans la communauté de laquelle les musulmans avaient apporté meurtres et viols
9) Allah abandonne son prophète:
Selon le Coran, lorsque les juifs voulurent tuer Jésus, Allah vint à sa rescousse sourate 4:157-158 et emmena Jésus en sécurité au Paradis, et ne donna pas victoire à qui que ce soit sur lui. Mais quand un groupe de juifs voulu tuer Mohammed, que se passa-t-il? Pourquoi est-ce qu’Allah, selon le Coran, protège Jésus de tout mal et l’emmène directement au Paradis, alors qu’il n’est pas intervenu pour Mohammed dans sa souffrance? Il semble que, selon le Coran, Allah fit du favoritisme. "Que personne ne touche à Jésus", Allah ne t’autorisera pas! Mais il remplit la bouche de Mohammed de poison, Allah ne se soucie donc pas de Mohammed?
10) La fin inéluctable
Le plus grand souhait de Mohammed fut de mourir en martyr au combat.
J’aimerais mourir pour la cause d’Allah et revenir à la vie; et re-mourir en martyr et revenir à la vie; et re-mourir en martyr... etc. (Sahih al-Bukhari 27:97)
Si vous lisez les sources musulmanes vous saurez que chaque fois que Mohammed désire quelque chose, Allah le lui accorde par une nouvelle révélation. Allah exauce tous les rêves de Mohammed. Mais quand vient l’heure de la mort, Allah n’est d’aucun secours. Le plus grand souhait de Mohammed était de mourir en «martyr» dans la bataille. Mais plutôt que de le laisser mourir en tuant des juifs, il meurt après plusieurs années de souffrances après avoir été empoisonné par une juive.

La Surate 69 coranique qui relate le passage sur l’aorte s’appelle « Al-Hâqqa - l’inéluctable». Oui, la condamnation de Mohammed par Allah et sa fin étaient inéluctables. Dieu est la critique ultime de Mohammed.

La Bible affirme au sujet de faux prophètes:
Ces hommes-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, déguisés en apôtres de Christ. Et cela n’est pas étonnant, puisque Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres. (2Cor 11:13-15).
Cher ami musulman que vas tu faire? Vas-tu accepter l’évidence? Si «Islam» signifie soumission à Allah, alors les musulmans devraient rejeter Mohammed. Si l’on répond en disant:

Je ne me soucie pas de ce que dit Allah, je veux continuer à croire en Mohammed.

Alors c’est que l’Islam n’est pas une soumission à Dieu mais une soumission à Mohammed.