Fatwa de la tétée

RELIGION – Deux professeurs de théologie de la célèbre université islamique Al Azhar ont rendu un avis qui fait scandale en Egypte...

La seule façon de se retrouver seul avec une collègue de travail dans un bureau est de l'avoir tétée, selon une fatwa de deux théologiens d'Al-Azhar (oulémas), qui a provoqué un tollé ces derniers jours dans la presse égyptienne.

L'islam interdit à une personne d'être seule dans une pièce avec une autre du sexe opposé, en dehors du mariage ou sans lien de parenté proche.

Fonctionnaire qui tète sa collègue

Or, Izzat Al-Attiyah et Abd El-Mahdi Abd El-Kader, deux professeurs à l'Université d'Al-Azhar, le plus grand centre de théologie sunnite au monde viennent d'énoncer une fatwa (avis religieux). Selon eux, la femme pourrait désormais enlever son voile et être seule avec son collègue dans un bureau, à condition de l'avoir allaité à cinq reprises, en lui donnant «directement son sein». Le Dr Izzat Al-Attiyah (ou Ezzat Attia), auteur de ce décret religieux, explique que « Le fait qu’elle lui donne le sein est considéré comme un acte maternel qui empêcherait tout acte sexuel entre les deux. ».

«En vous rendant dans une administration publique, vous ne devriez pas être surpris si vous tombez un jour sur un fonctionnaire de 50 ans en train de téter sa collègue», ironise le journal indépendant Al-Doustour.

Une théologienne d'Al-Azhar, a estimé qu'il était «insensé» de débattre d'un tel sujet. «Si le Mufti d'Al-Azhar, lui même, tenait les mêmes propos, il serait une personne non respectable et mériterait de se faire taper dessus», s'est indignée Malika Youssef cité dimanche par le quotidien indépendant Al-Karama .

«Cas particulier du temps du prophète»

Selon Mabrouk Attia, un autre théologien d'Al-Azhar, cette fatwa ne serait qu'une mauvaise interprétation d'un «cas particulier» du temps du prophète Mahomet. Le prophète aurait en effet conseillé à une femme d'allaiter son fils adoptif, alors adulte, pour devenir ainsi sa mère de lait, après l'interdiction de l'adoption dans l'islam.

AFP

La têtée du ramadan

Il y a une variante de la fatwa de la tétée: la fatwa de la têtée du ramadan obligeant la femme musulmane à "donner son sein à têter aux amis de son mari durant le ramadan". Cette fatwa a tellement été prise au pied de la lettre par des Algériens que le cheikh Shamseddine Bouroubi s’en est ému : «des femmes [l’]ont appelé en pleurant, le suppliant d’intervenir pour les sauver de cette situation. Les époux exigent qu’elles allaitent des amis conviés à passer le ramadan au domicile familial. Et pour éviter toute relation ambigüe, les époux forcent leur femme à donner le sein aux amis pour nouer une affiliation familiale par le lait, empêchant ainsi toute relation illicite».

Shamseddine Bouroubi dénonce cette « dérive dangereuse et inquiétante de l’islam dans le pays » et demande aux oulémas et aux prêcheurs d’intervenir.

Paru dans le quotidien algérien "Ech-Chorouk" http://www.mediarabe.info/spip.php?article962

La fatwa contre Mickey

La fatwa du cheikh Mohammed al-Mounajid. Ce religieux musulman, ancien diplomate, apparaît souvent sur les écrans de la télévision saoudienne et sur Al Jazira pour commenter l’actualité au nom de la charia. Sa dernière condamnation vise Mickey Mouse :"La charia (loi islamique) requiert l’extermination de toutes les souris, y compris les rongeurs et la célèbre souris de dessin animé". L’imam a lancé cette fatwa contre la souris de Walt Disney en tant qu’"agent de Satan". Cette espèce animale étant "impure", il a également condamné Jerry le facétieux qui échappe toujours à Tom.

boire l'urine du Prophète Mohammed

Autre fatwa qui a fait grand bruit en Egypte: Tollé dans les médias suite à la fatwa d'un mufti égyptien sur la bénédiction qu'aurait représenté l'absorption de l'urine du Prophète Mahomet par ses Compagnons En Egypte, un tollé médiatique a suivi la récente publication d'un livre du mufti égyptien Dr. Ali Gum'a, où il affirme que les Compagnons du Prophète Mohammed avaient coutume de boire l'urine de leur maître.

Fatwa de la nécrophilie

Cheikh Abdelbari Zamzami, un imam vient de lancer une nouvelle fatwa qui montrerait la position de l’islam concernant la nécrophilie. En effet, selon Zamzami, l’islam autoriserait l’acte sexuel sur un cadavre, à condition que ce cadavre soit celui de l’épouse. Zamzami ajoute qu’il n’y aurait aucun mal ni embarras que le mari fasse l’amour avec le cadavre de sa femme quelques heures après la mort de cette dernière. Ainsi, le mari peut laver le corps de sa femme morte, et la femme aussi a ce droit. Mais aussi, il peut avoir un rapport sexuel avec le cadavre de sa femme.

source: emarrakech.info - 8 mai 2011

L'Imam Zamzami se base sur un hadith (faits et gestes du prophète Mohammed)

"Le messager d'Allah a retiré sa chemise et l'a mise sur Oum Ali, et il a couché avec elle dans sa tombe" ( Al Sharwani V1 - P.263)
Cette catégorie d'hadith intitulée "les relations sexuelles avec une femme morte" se trouvent dans 16 livres islamiques incluant "Al Sharwani" V1 - P.263

Qu’est-ce qu’une fatwa ?

Malheureusement ces fatwas insolites ne sont pas anodines. En effet, une fatwa est un jugement porté par un spécialiste (mufti) de loi religieuse en islam. Les fatawas ont d’autant plus d’importance dans des pays où la loi islamique constitue la base du droit civil et du droit pénal. La fatwa s’appuie généralement sur une affirmation ou un récit du Coran.

La première fatwa remonte au prophète Mohammed lui-même. Après sa razzia sur Badr, il s’emporte contre une poétesse nommée Asma bint Marwan " Est-ce que personne ne me débarassera de la fille de Marwan ?" Un homme du clan de la poétesse s’introduisit le soir même chez elle alors qu’elle dormait son dernier enfant encore au sein. Il la transperça de son épée, reçut l’aval de Mohammed et ne subit aucun reproche de la famille Marwan.

Fatwas de condamnation à mort

Dans le même esprit, il y a de nombreuses fatwas qui sont des appels au meurtre, par exemple:

Salman Ruchdie : pour son livre de libre expression "les verset sataniques", Van Gogh : pour son Film (assassiné depuis), Dhikra Mohammad : car elle s’est comparée au prophète Muhammad, Taslima Nasreen : pour sa lutte en faveur de l’émancipation des femmes, Nawal Saadawi : pour avoir enlevé le voile et pour sa lutte pour l’émancipation de la femme, Nasr Hamid Abu Zayd : lutte contre le fondamentalisme et libre expression, Farag Foda : lutte contre le fondamentalisme et libre expression (a été tué), Najib Mahfoudh : lutte contre le fondamentalisme et libre expression (tentative échouée), Messaoud Bouras : lutte contre le fondamentalisme et libre expression, Hassan Hanafi : pour liberté d’expression et de culte, Youssef Chahine : pour son Film almouhager, Atif al-Iraqi : pour liberté d’expression et de culte, Ragaa al-Naqash : pour liberté d’expression et de culte, Mahmoud al-Tohami : pour liberté d’expression et de culte, Ahmed Al-Baghdadi : pour liberté d’expression et de culte, Laila Othman : pour liberté d’expression et de culte, Aliya Shoeib : pour liberté d’expression et de culte, Hussein Morowwa : pour liberté d’expression et de culte, Abdelkader Alloula : pour liberté d’expression et de culte, Bekhti Benaouda : pour liberté d’expression et de culte, Tahar Djaout : pour liberté d’expression et de culte, Youssef Seddik : Tunisien pour liberté d’expression. Sans oublier la fatwa de condamnation à mort d'un couple musulman devenu chrétien en Egypte, fatwa lancée par le recteur de la faculté d’études islamiques de la prestigieuse université Al Azhar du Caire.

Civilisation musulmane et savants musulmans